Kinesithérapeute Tel-Aviv – La SEP

Kinesithérapeute Tel-Aviv – La Sclérose en Plaques

Kinesithérapeute Tel-Aviv – La SEP

La Sclérose en Plaques

La Sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune affectant le système nerveux central. Les premiers cas ont été décrits au cours du 19e siècle, mais c’est le Dr Charcot en 1866 qui proposera le terme de SEP et qui décrira de façon précise cette pathologie.

Qu’est ce qu’une maladie auto-immune?

L’organisme humain comporte des cellules immunitaires qui lui permettent de combattre les agressions extérieures ( bactéries, virus…). Dans la SEP ces mécanismes de défense sont lésés. Les cellules immunitaires vont reconnaitre comme étranger l’élément composant la membrane des nerfs : « la myéline » et la détruire.

Quel est le rôle de la myéline?

La gaine de myéline permet d’augmenter la vitesse de propagation du message nerveux le long des fibres nerveuses. Sa vitesse de propagation passe de 10 à 75 m/s. Elle est particulièrement présente sur les fibres nerveuses innervant les muscles. Le ralentissement de l’influx nerveux provoquera des troubles moteurs. Ceux ci s’installeront petit à petit.Kinesithérapeute Tel-Aviv

Quelles sont les personnes touchées par la SEP?

En 2008, les cas de SEP déclarés :  2,1 millions au niveau mondial.

Signalons une augmentation de 9,5% en cinq ans, à l’échelle du globe.

Selon les continents, la prévalence varie de manière étonnante :

  • Amérique du nord: 140 pour 100.000,
  • Europe: 108 pour 100.000,
  • Asie Orientale: 2,2 pour 100.000,
  • Afrique subsaharienne: 2,1 pour 100 000.

Les premiers symptômes ont lieu le plus souvent entre 25 et 35 ans et surviennent principalement chez la femme. En effet, la SEP touche 2 à 3 fois plus les femmes que les hommes.

Quels sont les traitements actuels?

Ils reposent sur trois principes:

  •  le traitement symptomatique: il n’agit pas sur la maladie mais tente de diminuer les symptômes (douleur, fatigue, troubles moteurs…). Ce sont les antalgiques, la kinésithérapie etc.
  • le traitement des poussées: son but est de diminuer l’inflammation du système nerveux central, c’est cette inflammation qui est responsable de la perturbation du système immunitaire. Cliniquement, cela se réalise par injection de corticoïdes.
  • le traitement de fond: ici il va être question de diminuer l’impact de la maladie sur la durée, via l’injection plusieurs fois par semaine d’immuno-modulateurs et d’immuno suppresseurs. Ces médicaments vont agir directement sur les anticorps qui attaquent la myéline.

Il est à noter que la recherche fait de réels progrès actuellement, des traitements prometteurs sont en cours d’essai dans différents pays du monde.

Auteur: Julien Encaoua Responsable de la revue Kiné A Kiné – Kinésithérapeute Tel-Aviv / Ashdod / Hertzlia

Prenez  Rendez-Vous

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *